Tizi-Ouzou

infos news

Accueil - Nécrologie - JSK - Rubriques

Annonces - Murs de Tizi - Insolite - Solidarité

Notre chaîne web: Kabylie News Télévision

Le site de Tizi-ouzou (Kabylie - Algérie): des infos, des photos, des vidéos, des annonces etc...

   

Une histoire captivante de Mouloud Abdmeziem

Si tu montes à Chréa....

(Episode 1)

Ce jour là, Amina, qui se joignait souvent à ses voisines dont le papotage lui permettait d'oublier sa misère morale de vieille  fille, apprit avec stupéfaction  que quelqu'un s'apprêtait à demander sa main. 

Rien de précis mais, comme on dit, il n'y a pas de fumée sans feu.

Larbi, son frère, était de nature taciturne. Il n'aimait pas faire plaisir et, pour annoncer une nouvelle, surtout  quand elle était bonne,  il s'y prenait  toujours au dernier moment. On peut dire, sauf à lui chercher des excuses qui ne tiennent pas la route que Larbi était méchant. 

Ce soir là, s'adressant à sa femme et à sa mère, il fit  allusion - une brève allusion- à  une famille, qu'il qualifia de très honorable.

"-Demain, faites en sorte que tout soit prêt pour recevoir, comme il faut, des représentants de cette famille. Si tout se passe bien,-- et j'entends qu'il en soit ainsi-- , nous pourrons "liquider" Amina.

"Liquider". 

Ce mot fit saigner le coeur de Tassadit. Elle aimait trop sa benjamine.

Parler ainsi d'Amina lui prouvait que son fils avait le coeur dur et qu'il ne voulait pas, sans oser le dire clairement, subvenir à des bouches inutiles.

Il arrivait à Tassadit de souhaiter mourir pour ne pas avoir à subir des tourments quotidiens. En même temps elle exhortait Dieu avec ferveur afin qu'Amina ait un partenaire qui la rendrait heureuse.

....

 Le jeune homme était un personnage sans envergure. Larbi connaissait son  frère qui avait travaillé, jadis, sur le même chantier que lui. Etait-ce une raison pour défendre la cause du prétendant qu'il ne connaissait pas directement. Une véritable aberration.

Flanqué  de sa mère, il n'était pas venu voir sa future épouse mais pour conclure et  prendre ce qui lui était dû. C'est donc dans le lit nuptial que devait se décider l'avenir du couple. Il se trouva  qu'Amina eut tout de suite horreur de Tahar. Il y avait dans ses façons d'agir avec elle un entêtement agaçant qui donnait à la jeune femme une grande envie de le battre, de lui crever les yeux, de mordre jusqu'au sang la peau tannée du voyou.

Les hostilités commencèrent par une première escarmouche. Ce soir là,  Amina ne voulut pas partager le lit conjugal. Elle préféra dormir seule, à même le sol sur une couverture de fortune.

Les relations s'envenimèrent  rapidement. La belle mère tenta de calmer le jeu en exhortant, en vain, sa belle fille à faire preuve de patience.

"Mère, lui répondit Amina, je n'en peux plus. Demain matin je retourne chez mes parents. Je ne peux pas vivre avec votre fils.Vous m'accompagnerez, n'est-ce pas?"

Amina se retrouva donc chez  ses parents consternés.

Son frère Larbi préféra se taire.La belle soeur adopta une attitude mi-figue mi-raisin .Quant à la mère elle dit avec un calme déconcertant: "Tu n'as pas de chance, ma fille.Tout est question de chance dans la vie. Tant que le nom du mari qui te convienne n'est pas inscrit sur ton front, tu peux toujours attendre."

Alors Amina inclina humblement la tête comme pour donner raison à sa mère.

Tassadit ne tarda pas à penser à autre chose d'autant plus qu'elle ne portait pas Tahar dans son coeur. Ni sa famille, d'ailleurs. Au fond elle trouvait qu'Amina avait bien fait de quitter cet individu qui n'avait rien pour lui, ni un beau physique  ni de bonnes manières.

Quant à Amina, elle resta mélancolique jusqu'au soir. Certes, elle s'était débarrassée de Tahar dont elle ne voulait pas être la femme.Mais la réalité était là. A-t-elle bien agi en brusquant la séparation? N'aurait-elle pas dû s'armer de patience et subir son destin avec courage, puisque l'essentiel lui manquait: le père, la fortune.

 J'aurais dû feindre comme certaines, fermer les yeux, et qu'importe celui qui me donnera son nom et des enfants.

L'Aïd  El Kébir trouva Amina dans cet état d'âme fait de remords et d'anxiété.

Le sacrifice du mouton avait été interdit durant la Révolution. Cette mesure ne fut pas levée au lendemain de l'indépendance.

Cependant, le quartier afficha une atmosphère de liesse discrète. Les mosquées étaient pleines , les enfants vêtus de beaux habits s'égayaient dans les rues, les femmes en tenues de circonstance se congratulaient bruyamment dans la cour commune.

Amina n'osait pas se montrer.Une pointe de jalousie, sans doute.Tout en aidant aux travaux d'intérieur,elle gardait un visage fermé. Elle portait sa vieille robe à pois et son foulard noir.

Des mois passèrent sans qu'il y eût du nouveau pour elle.

Les épisodes: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11

12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 -  23  

Une histoire captivante de Mouloud Abdmeziem

Si tu montes

à Chréa....

DIFFUSION DE TOUS

LES EPISODES (23)

 

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

8 - 9 - 10 - 11- 12 - 13

14 - 15 - 16 - 17 - 18 -

19 - 20 - 21 - 22 -  23

 

Nos émissions sur Youtube

Suivez nos informations sportives, sociales et diverses en direct chaque jour sur youtube à partir de 21 heure

Les murs de Tizi

Visitez

 

 

 

   

Site administré par Belkacemi Mohand Said

Contact: kabylienews@yahoo.fr - 0772.13.88.88

Retrouvez nos vidéos sur la ville de Tizi-ouzou et des directs sur notre chaîne et abonnez-vous

- Retour à la page d'accueil -